Document de mobilisation publique du G7 – Promouvoir l’égalité des sexes et l’autonomisation des femmes

L’égalité des sexes est un droit de la personne fondamental et une priorité absolue du G7 sous la présidence du Canada. L’égalité des sexes et l’autonomisation des femmes et des filles sont essentielles à la consolidation de la paix, à la réduction de la pauvreté, à la croissance de nos économies, et à la réalisation de la durabilité.

À titre de communauté mondiale, nous avons accompli des progrès considérables dans de nombreux domaines. L’accès des filles à l’éducation s’est amélioré, davantage de femmes participent à la vie active, la santé et les droits en matière de sexualité et de procréation sont de plus en plus respectés. Cependant, nous pouvons et devons faire plus. La réalisation de la véritable égalité entre les sexes et de l’autonomisation des femmes reste un défi majeur pour les pays du monde entier.

Les rapports de pouvoir entre les sexes sont toujours présents à la maison, au travail, en politique, au gouvernement, dans le commerce et dans nos relations quotidiennes. Les statistiques parlent d’elles-mêmes. En 2016, les femmes du monde entier gagnaient en moyenne 77 cents pour chaque dollar gagné par les hommes. Les femmes n’occupaient que 4 % des postes de PDG et de président de conseil d’administration. Moins d’un quart de tous les parlementaires nationaux sont des femmes. On estime qu’une femme sur trois dans le monde a subi une forme ou une autre de violence physique et/ou sexuelle au cours de sa vie, souvent entre les mains de partenaires intimes ou de membres de sa famille.

Renforcer l’autonomisation des femmes et promouvoir l’égalité des sexes en éliminant les obstacles systémiques et en élargissant l’accès au capital peuvent avoir des effets très positifs. Les femmes génèrent déjà près de 40 % du produit intérieur brut (PIB) mondial, et le potentiel de croissance supplémentaire dirigé par des femmes reste inexploité. La réalisation de l’égalité entre les sexes dans le monde pourrait permettre d’augmenter le PIB mondial de 12 billions de dollars en une seule décennie. Les avantages socio-économiques de l’égalité des sexes ne sauraient être négligés.

L’élimination des inégalités exige la transformation des normes sociales et des relations de pouvoir. Non seulement cela, mais nous devons aussi réexaminer et remettre en question nos structures sociales, politiques, juridiques et économiques existantes. Pour ce faire, nous devons changer les attitudes et les comportements en reconnaissant que les stéréotypes sexuels et le sexisme subtil dont nous sommes témoins chaque jour font partie du problème. Ces stéréotypes, normes et pratiques déterminent trop souvent les possibilités et les ressources auxquelles les femmes, les hommes et les personnes de genres mixtes ont accès, limitant ainsi leur participation aux prises de décisions communes.

Les idéologies sexospécifiques, les normes sociales et les stéréotypes ont également une incidence profonde sur la vie des hommes et des garçons, les limitant souvent dans leurs rôles sociaux et familiaux. Les hommes et les garçons ont un rôle important à jouer dans la lutte contre les institutions, les traditions et les coutumes qui soutiennent et maintiennent les inégalités entre les sexes. Il est important de faire participer les hommes et les garçons à la lutte pour une plus grande égalité entre les sexes et de leur donner des occasions de militer en faveur de l’égalité, en solidarité avec les femmes et les filles, tout en les encourageant à adopter des formes saines de masculinité. Nous avons tous un rôle à jouer dans la lutte contre le sexisme et la discrimination, qui apportent l’inégalité entre les sexes. Toutes les personnes, indépendamment de leur identité ou de leur condition, doivent se sentir en sûreté, en sécurité et libres de s’affirmer. Lorsqu’ils prennent des décisions qui ont une incidence considérable sur la vie des gens, les gouvernements doivent savoir dans quelle mesure leurs choix politiques produiront des résultats différents pour différents groupes de personnes. L’intégration de l’analyse comparative entre les sexes lors de la création et de la mise en œuvre des politiques publiques est un pas fondamental dans la bonne direction. Cette analyse doit englober une reconnaissance des facteurs identitaires (sexe, race, ethnicité, âge, revenu, orientation sexuelle, handicap mental ou physique, culture, religion, géographie, revenu, niveau de scolarité, etc.) qui, ensemble, produisent d’autres formes uniques d’inégalité oppressive. L’analyse comparative entre les sexes permet une discussion véritable et transparente sur l’égalité entre les sexes, tout en aidant les gouvernements à prendre des décisions éclairées au nom de tous leurs citoyens.

Promotion de l’égalité entre les sexes dans le cadre du G7

En adoptant la Feuille de route du G7 pour un environnement économique respectant l’égalité entre les sexes en 2017, les dirigeants du G7 se sont engagés à promouvoir l’égalité entre les sexes selon trois grands axes : 1) permettre à un plus grand nombre de femmes de participer et d’exercer un leadership à tous les niveaux de décision; 2) accroître l’accès des femmes à des emplois de qualité; 3) éliminer la violence contre les femmes et les filles. En outre, les dirigeants ont souligné l’importance des résultats déclarés des présidences antérieures du G7, plus particulièrement les déclarations des dirigeants à Elmau et à Ise-Shima. Les dirigeants ont également pris note des cadres internationaux pertinents, notamment :  la Déclaration et le Programme d’action de Beijing, ainsi que les documents finaux des conférences d’examen; l’appel mondial à l’action du Groupe de haut niveau du Secrétaire général des Nations Unies sur l’autonomisation économique des femmes; et enfin le Programme de développement durable à l’horizon 2030.

Questions

  1. Quelles mesures concrètes le G7 peut-il prendre pour promouvoir l’égalité entre les sexes et l’autonomisation des femmes dans l’ensemble des domaines visés par son programme?
  2. En plus d’établir un milieu de travail équitable et de faire du commerce de manière progressiste, comment le G7 peut-il promouvoir l’autonomisation économique des femmes?
  3. Reconnaissant que le changement sociétal ne peut être réalisé en se concentrant exclusivement sur les femmes et les filles, comment le G7 peut‑il le mieux mobiliser les hommes et les garçons pour transformer les relations de pouvoir, remettre en question les normes sociales, et promouvoir l’égalité entre les sexes?
  4. Que peuvent faire les pays du G7 pour améliorer les droits économiques, sociaux, politiques et juridiques des personnes LGBTIQ2 et des personnes de genres mixtes? Et comment pouvons-nous travailler ensemble pour éliminer la discrimination fondée sur l’orientation sexuelle, l’identité sexuelle ou l’intersexualité?
  5. Comment les pays du G7 peuvent-ils diriger au mieux l’aide internationale afin de promouvoir l’égalité entre les sexes et l’autonomisation des femmes dans les pays en voie de développement?
  6. Reconnaissant que toutes les femmes ne subissent pas l’oppression et la discrimination de la même manière, comment le G7 peut-il faire en sorte que les efforts visant à promouvoir l’égalité entre les sexes et l’autonomisation des femmes intègrent une optique intersectionnelle?