Document de mobilisation publique du G7 – Se préparer aux emplois de l’avenir

Les technologies et les marchés évoluent, et les gouvernements du G7 auront un important rôle à jouer pour préparer nos citoyennes et citoyens et nos industries aux emplois de l’avenir. Le gouvernement du Canada et ses partenaires du G7 doivent faire en sorte que l’économie du futur ainsi que les opportunités et la croissance qu’elle générera profiteront à tout le monde.

Les nouvelles technologies vont changer la nature du travail – comme elles l’ont fait depuis le début de la Révolution industrielle –, et elles ont le potentiel de remanier en profondeur la notion de productivité. Aujourd’hui, l’innovation progresse à grande vitesse. Les virages spectaculaires de l’économie mondiale auxquels on assiste depuis plusieurs décennies transforment les modes de fonctionnement des industries, la nature des compétences recherchées et la réalité du travail.

Il en résulte à la fois des possibilités et des défis, assortis de considérations majeures aussi bien pour les secteurs émergents que traditionnels. Nous avons les moyens de créer de nouvelles sources durables de croissance économique. Ce sont des sources d’opportunités pour le Canada et ses partenaires du G7, que ce soit pour orienter l’innovation à l’échelle mondiale, attirer davantage d’investissements ou faire germer des entreprises prospères. Cette dynamique permettra de créer de bons emplois pour la classe moyenne et de veiller à ce que les bienfaits d’une économie forte profitent à tous.

Nous devons préparer maintenant nos entreprises et nos citoyens pour qu’ils puissent profiter de ces nouvelles opportunités prometteuses. En travaillant ensemble, les partenaires du G7 peuvent élaborer des approches robustes et compatibles avec les progrès qui se dessinent, et préparer un parcours en douceur pour nos citoyennes et citoyens.

L’impact de la transformation technologique sur l’économie

Par le passé, les nouvelles technologies – propulsion à vapeur, électricité ou Internet –, ont décuplé la concurrence et les niveaux de vie, en transformant nos modes de vie et de travail. Aujourd’hui, les avancées technologiques comme la robotique, l’intelligence artificielle, l’impression 3D, la biologie synthétique et les technologies propres en font tout autant. La différence entre hier et maintenant réside dans la vitesse à laquelle les nouvelles technologies sont conçues, adoptées et implantées. Il en va de même pour la portée de ces changements, qui révolutionnent pratiquement chaque secteur de l’économie moderne.

Les nouvelles technologies peuvent nous permettre d’accroître nos capacités actuelles d’innovation et d’investissements dans nos citoyennes et citoyens. Nos entreprises et nos gouvernements doivent se préparer ensemble aux changements qui se profilent. En travaillant en concertation, nous comprendrons mieux comment les nouvelles technologies peuvent contribuer à la croissance économique et à la création d’emplois qui profitent à la classe moyenne. Nous aurons ainsi l’assurance que nos entreprises et notre main-d’œuvre sont en bonne position pour naviguer de front dans une économie mondiale en constante mutation.

L’impact de la transformation technologique sur la société et l’emploi

Comme elles le font depuis toujours, les nouvelles technologies changent la façon dont les gens travaillent et vivent, y compris les compétences dont ils ont besoin pour réussir. Pour maintenir les populations au sein de la main-d’œuvre et les encourager à y participer davantage, nous devons créer des conditions favorables à l’apprentissage continu et au renforcement des compétences. L’apprentissage à long terme favorisera la réussite des citoyennes et citoyens sur le marché de l’emploi, aujourd’hui et dans l’avenir. Et pour optimiser cette démarche sur le plan économique, il faut faire une large place aux femmes et aux groupes qui sont actuellement sous‑représentés sur le marché du travail. Au Canada, nous prenons cette responsabilité très sérieusement. Notre Plan pour l’innovation et les compétences aidera l’ensemble des Canadiennes et des Canadiens à acquérir les compétences requises pour obtenir un bon emploi dans une économie en changement. Une approche globale axée sur la préparation à l’économie numérique, sur l’innovation, sur l’énergie propre et sur des investissements communautaires à l’appui du changement sera synonyme d’une plus grande prospérité pour un maximum de personnes.

À quoi doit‑on s’attendre des pays du G7?

En 2018, le Canada travaillera de concert avec ses partenaires du G7 vers la recherche de nouvelles voies à emprunter pour favoriser la création d’emplois et faire en sorte que les citoyennes et citoyens soient mieux préparés à occuper les emplois d’aujourd’hui et de demain.

Pour mieux cerner les tendances qui se façonnent et la manière dont elles transformeront les secteurs, nous devons avoir de la perspective. Pour saisir les bénéfices et les opportunités qui découlent des avancées technologiques, les gouvernements doivent collaborer avec les entreprises, les universitaires et d’autres partenaires. Il est alors possible d’anticiper le futur et de s’y préparer, tant au chapitre des compétences requises, de la création d’emplois et du soutien dont les travailleuses et les travailleurs ont besoin en matière de formation et d’apprentissage à long terme. Les défis auxquels nous exposent ces changements rapides et leurs répercussions sur l’emploi et les sociétés sont trop complexes à relever pour un seul ministère ou un seul pays. Les exigences d’une économie mondiale en constante évolution doivent mobiliser tous les partenaires du G7 afin que notre mise en commun nous procure un apprentissage mutuel et soit une source de prospérité pour nos citoyennes et citoyens.

Questions

  1. Selon vous, comment la technologie façonnera‑t‑elle l’économie mondiale et la société au cours de la prochaine décennie? Quel rôle les entreprises jouent‑elles pour aider les travailleurs et les travailleuses à s’adapter et à se préparer aux nouvelles opportunités? Comment le gouvernement et l’industrie peuvent‑ils travailler plus harmonieusement pour faire face à ces enjeux?
  2. Les changements et les perturbations prennent de multiples formes et sont difficiles à prévoir. Que font les gouvernements à l’heure actuelle pour faciliter le renouvellement des compétences et la formation d’appoint?
  3. Dans les industries où l’on s’attend à la plus forte croissance des emplois au cours des décennies à venir, que peut faire le G7 pour créer, attirer et retenir les talents qui nous permettront d’être au premier rang?
  4. Que peuvent faire les gouvernements pour favoriser plus efficacement la transition en emploi et améliorer les filets de sécurité tout en maintenant la compétitivité?
  5. Que peuvent faire les pays du G7 pour encourager l’innovation dans une optique de bien collectif?
  6. Les gens sont notre ressource la plus précieuse. Comment les progrès technologiques peuvent‑ils accroître la participation des femmes au marché du travail et celles des gens confrontés historiquement à des obstacles sur le marché du travail, et améliorer ainsi la prospérité?
  7. Nous savons que la diversité des idées favorise l’innovation. Que devons‑nous faire pour attirer et soutenir une diversité de talents, aussi bien dans le secteur public que privé?