Déclaration de Whistler sur l’égalité des genres et le renforcement du pouvoir des femmes et des filles dans l’action humanitaire

Les besoins et les droits particuliers des populations vulnérables risquent toujours d’être négligés ou non satisfaits dans les interventions humanitaires, et, plus particulièrement, la voix et le leadership des femmes et des adolescentes sont restés sous-évalués et inexploités.

Des mesures importantes ont été prises par la communauté internationale pour concrétiser l’égalité des genres dans les contextes humanitaires. Le Programme de développement durable d’ici 2030, le programme sur les femmes, la paix et la sécurité et d’autres efforts soutenus par le G7 comme l’Appel à l’action pour la protection contre la violence fondée sur le genre dans les situations d’urgence, ainsi que les résultats du Sommet mondial sur l’action humanitaire, comprennent tous d’importants engagements à mieux travailler pour répondre aux besoins des populations vulnérables dans les situations de conflit et de fragilité.

Cependant, ces mesures n’ont pas encore suffisamment changé la façon dont l’aide humanitaire est assurée aux populations touchées. Nous, les ministres du Développement du G7, reconnaissons l’importance de la promotion de l’égalité des genres dans toutes nos activités et mesures humanitaires en tenant compte en particulier des besoins des femmes et des filles. Nous reconnaissons que pour protéger et atteindre efficacement les personnes les plus vulnérables, y compris les personnes vivant avec un handicap, nous devons comprendre les capacités et les besoins distincts des personnes touchées. Les femmes et les adolescentes sont de puissants agents de changement; ce sont des leaders. Elles doivent être reconnues ainsi et avoir voix et représentation égales au chapitre de la prise de décisions concernant les enjeux qui les touchent.

Ensemble, nous travaillerons avec nos partenaires afin de promouvoir des changements systémiques et de nous assurer que l’action humanitaire est habilitante et fondée sur des principes et des données probantes. Nous reconnaissons que les interventions visant à répondre aux besoins fondamentaux comprennent l’accès à l’éducation et aux soins de santé pour les filles et la prévention de la violence fondée sur le genre et l’intervention à cet égard.

Nos gouvernements :

  • presseront les partenaires humanitaires à intégrer l’égalité des genres et le renforcement du pouvoir des femmes dans leurs programmes, y compris en menant des analyses comparatives entre les genres, en recueillant des données ventilées et en consultant et intégrant les voix des femmes et des adolescentes touchées pour façonner leurs interventions;
  • travailleront avec les dirigeants des organismes humanitaires et leurs conseils d’administration afin de faire de l’égalité des genres une priorité organisationnelle dans l’action humanitaire par diverses mesures dont les suivantes : nommer de hauts dirigeants en tant que champions de l’égalité des genres; assurer un leadership de haut niveau et une responsabilisation à l’échelle nationale; et tirer parti des ressources humaines et financières pour en réaliser la mise en œuvre;
  • renforceront la prévention de la violence fondée sur le genre dans les crises et l’intervention à cet égard en faisant respecter le droit international et les principes humanitaires, et en soutenant la mise en œuvre sur le terrain de l’Appel à l’action pour la protection contre la violence fondée sur le genre dans les situations d’urgence;
  • renforceront l’accès aux services de santé pour les femmes et les filles en finançant et en surveillant la mise en œuvre de toute la gamme de normes acceptées internationalement qui régissent l’intervention en santé humanitaire;
  • accroîtront la responsabilité envers les populations touchées en soutenant la participation significative sur le terrain, le leadership et la prise de décisions par les femmes et les adolescentes, y compris celles ayant des handicaps, dans l’ensemble de l’action humanitaire, y compris en finançant des organisations locales de femmes, au besoin et si possible;
  • favoriseront l’utilisation de la recherche et des données pour améliorer l’impact de l’aide humanitaire sur l’égalité des genres;
  • accroîtront la responsabilisation systémique en vue de la mise en œuvre cohérente des engagements pris pour les femmes et les filles dans l’action humanitaire en tirant parti des mécanismes de suivi indépendants actuels qui rendent compte de la mise en œuvre sur le terrain et du rendement de la part des partenaires humanitaires.

Pour assurer le suivi soutenu de ces mesures, le Canada sera l’hôte d’une réunion de haut niveau en 2019, avant la conférence Women Deliver 2019 à Vancouver, afin d’examiner les progrès et d‘aborder l’égalité des genres dans l’action humanitaire.