Sommet du G7 de 2018

Le Groupe des Sept

Le Groupe des Sept (G7) est un groupe informel de sept économies du monde développé, qui comprend le Canada, la France, l’Allemagne, l’Italie, le Japon, le Royaume-Uni et les États‑Unis. Ce forum procure aux dirigeants, aux ministres et aux décideurs politiques du G7 des occasions de se rencontrer chaque année pour bâtir des consensus et façonner des orientations à l’égard de certains des plus grands enjeux mondiaux.

L’Union Européenne (UE) a pour la première fois été invitée à participer au G7 en 1977 et depuis 1981, le président de la Commission européenne a participé à toutes les rencontres. Le président du Conseil européen et le président de la Commission européenne représentent tous les deux l’UE aux sommets du G7.

En 2018, les dirigeants du G7 se sont réunis au Canada les 8 et 9 juin, à l’hôtel Fairmont Le Manoir Richelieu, situé à La Malbaie, dans la région de Charlevoix, au Québec.

Le Canada sera l’hôte du G7 de 2018, dans Charlevoix, au Québec. Qu’est‑ce que le G7? Comment fonctionne‑t‑il?

Le G7 compte 7 pays : le Canada, la France, les É.‑U., le R.‑U., l’Allemagne, le Japon et l’Italie. Leurs dirigeants et ceux de l’Union européenne se réunissent pour discuter d’enjeux mondiaux.

Le G7 fonctionne de manière consensuelle. Les décisions doivent être approuvées par tous les membres.

Ces discussions sont prises en compte lorsqu’un pays propose de nouvelles stratégies ou politiques.

Ces 40 dernières années, le G7 a renforcé les politiques internationales en matière d’économie, de sécurité, de lutte aux changements climatiques et d’égalité entre les sexes.

Suivez-nous pour rester branché.

À l’écran : Logo du G7 2018

À l’écran : Site Web : g7.gc.ca, Facebook : G7Canada ou CanadaG7, Twitter : @G7fr ou @G7

À l’écran : Mot-symbole « Canada »

Le Canada est fier d’accueillir le Sommet du G7 de 2018 dans Charlevoix. Cette région dynamique est à l’image de notre pays – du bilinguisme, à la diversité culturelle, en passant par des paysages éblouissants chaque saison. Je suis impatient d’accueillir mes homologues cette année dans la magnifique région de Charlevoix. Je suis convaincu qu’ils en tomberont amoureux, tout comme les Canadiens et les Canadiennes l’ont fait depuis des générations.

– Le très honorable Justin Trudeau, premier ministre du Canada

Historique du G7

Le G7 tire son origine des réunions tenues dans les années 1970 entre Valéry Giscard D’Estaing et Helmut Schmidt, alors respectivement ministres des Finances de la France et de l’Allemagne. Ils ont par la suite tous deux pris le pouvoir dans leur pays respectif, au moment où la crise pétrolière du milieu des années 1970 malmenait les grandes économies.

Le président français Giscard D’Estaing a exhorté les dirigeants de l’Allemagne, de l’Italie, du Japon, du Royaume-Uni et des États-Unis à se réunir en 1975 pour trouver une solution à cette crise.

Une année plus tard, en 1976, le premier ministre du Canada était invité par le président des États‑Unis à se joindre au G7.

L’Union Européenne (UE) a pour la première fois été invitée à participer au G7 en 1977 et, depuis 1981, le président de la Commission européenne a assisté à toutes les rencontres.

Membres du G7

Le G7 est formé du Canada, de la France, de l’Allemagne, de l’Italie, du Japon, du Royaume‑Uni et des États‑Unis. Le président du Conseil européen et le président de la Commission européenne représentent l’Union européenne aux sommets du G7.

Fonctionnement du G7

Les États membres du G7 en assument la présidence annuelle à tour de rôle, selon le calendrier civil et dans l’ordre suivant : la France, les États-Unis, le Royaume-Uni, l’Allemagne, le Japon, l’Italie et le Canada. L’Union européenne (UE) ne fait pas partie de cette rotation.

Présidence

Le pays qui assure la présidence du G7 a la responsabilité d’accueillir et d’organiser le Sommet. Il organise aussi une série de réunions ministérielles préparatoires au Sommet. Le président du G7 établit l’ordre du jour pour l’année de la présidence et parle au nom du G7. Il mobilise également des pays non membres ainsi que des organismes internationaux.

Sherpas

Le pays hôte organise plusieurs réunions préparatoires au Sommet. Les dirigeants du G7 nomment des représentants personnels, appelés sherpas, pour participer à ces réunions et discuter de questions susceptibles de figurer à l’ordre du jour du Sommet. Les sherpas, habituellement de hauts responsables du gouvernement, communiquent directement entre eux tout au long de l’année.

Enjeux internationaux

Au cours des quarante dernières années, le G7 a renforcé les politiques économiques et de sécurité, intégré les questions liées aux changements climatiques et à l’égalité des sexes, réuni des donateurs et appuyé les programmes de désarmement.

Le G7 exerce indiscutablement un leadership international et influe grandement sur les enjeux mondiaux. À titre d’exemple, le Canada s’est fait le champion de la santé des femmes et des enfants lors de sa présidence du G7 de 2010. Dans le cadre de l’Initiative de Muskoka, les membres du G7 se sont engagés à consacrer cinq milliards de dollars additionnels à la santé des mères, des nouveau‑nés et des enfants entre 2010‑2015.

Après chaque rencontre ministérielle et au terme du Sommet, le pays hôte publie un document sur les résultats. Il peut s’agir d’un communiqué, d’une déclaration commune ou d’une déclaration de la présidence canadienne, qui explique le contenu des discussions et des points ayant fait l’objet d’ententes durant le Sommet. Ces documents officiels pour le Sommet du G7 de 2018 sont rendus publics après chaque événement.

Sommets précédents du G7 au Canada

Le Canada a accueilli jusqu’à présent cinq sommets du G7 :

  • Muskoka, Ontario (2010)
  • Kananaskis, Alberta (2002)
  • Halifax, Nouvelle‑Écosse (1995)
  • Toronto, Ontario (1988)
  • Ottawa-Montebello, Ontario-Québec (1981)

Environnement

Le gouvernement du Canada est résolu à intégrer de bonnes pratiques environnementales. Le Sommet du G7 de 2018 dans Charlevoix a été un événement écoresponsable, qui s’est appuyé sur des normes environnementales reconnues.