Découvrez Charlevoix

Charlevoix et le Sommet du G7 de 2018

Le Canada est fier d’avoir accueilli les dirigeants du G7 dans la magnifique région de Charlevoix les 8 et 9 juin 2018 dernier. La région de Charlevoix incarne tout ce que le Canada a de mieux à offrir : des paysages à couper le souffle, un environnement d’affaires dynamique et l’accueil chaleureux de ses gens.

Historique de Charlevoix

Dès les années 1800, les habitants de La Malbaie accueillent les excursionnistes venus profiter de l’hospitalité de la région, du soleil et de l’eau salée du fleuve.

Un de ces célèbres excursionnistes, William Howard Taft (président des États-Unis de 1909 à 1913) disait que l’air de La Malbaie (Murray Bay) « enivrait comme du champagne, mais sans les maux de tête du lendemain ».

Le Sommet du G7 offre aussi l’opportunité d’assurer le respect de la présence historique des quatre communautés autochtones sur le territoire de La Malbaie. Les Innus de la Première Nation des Innus Essipit (Essipit), de la Première Nation des Pekuakamiulnuatsh (Mashteuiatsh) et de la Première Nation de Pessamit (Betsiamites) ainsi que les hurons de la Nation huronne-wendat (Wendake) ont fréquenté ce territoire depuis plusieurs générations.

À quoi s’attendre

Une créativité gastronomique hors du commun : producteurs, artisans et chefs s’allient afin de mettre les richesses de la région de l’avant. C’est sur la Route des Saveurs que l’on peut goûter l’authenticité de ces produits, véritable signature des grandes tables régionales.

Expérimentez la scène artistique de Charlevoix : la région est prisée par les artistes de tous les domaines. Ce sont les peintres qui, au 20e siècle, ont commencé à rendre hommage à ces panoramas grandioses. Encore de nos jours, Baie-Saint-Paul s’inscrit d’ailleurs comme la ville ayant le plus de galeries d’art par personne au Canada.

La riche histoire de Charlevoix et ses paysages magnifiques ont stimulé les discussions des dirigeantes et dirigeants afin de dégager des consensus sur les plus grands enjeux mondiaux de l’heure.

Communautés autochtones

La tenue du Sommet du G7 à Charlevoix est une occasion unique de faire connaître les Premières Nations innues et huronne-wendat, qui sont situées au Québec et qui entretiennent un lien très étroit avec leur territoire. Vous pouvez en apprendre davantage sur la nation huronne-wendat en regardant la vidéo. Vous pourrez également entendre de jeunes innus de la Côte-Nord s’exprimer dans leur langue, sur les thèmes du Sommet du G7, en visionnant cette vidéo.

Vous voulez en apprendre davantage sur Charlevoix?

Visitez Tourisme Charlevoix, regardez notre vidéo Quatre choses que vous devriez savoir à propos de Charlevoix ou visionnez la vidéo de la MRC Charlevoix-Est.

Bonjour et bienvenue à notre excursion 360 de la région de Charlevoix. Vous pouvez pivoter en tout temps dans toutes les directions. Le décor change environ toutes les dix secondes.

Voici l’hôtel Manoir Richelieu, à La Malbaie, où se tiendra le Sommet du G7 de 2018.

Et voici les jardins de Quatre Vents, également à La Malbaie.

Ils ont été réalisés par Frank H. Cabot, et sont considérés comme un joyau de Charlevoix. On y trouve plus de 1 000 espèces végétales. L’accès au site est limité à un certain nombre de personnes annuellement.

Nous suivons maintenant le Train de Charlevoix. Ce train se déplace entre La Malbaie et la ville de Québec, le long du majestueux fleuve Saint Laurent.

Charlevoix se laisse également découvrir par ses routes pittoresques. Nous roulons ici tout juste à l’extérieur de Baie-Saint-Paul.

Nous sommes maintenant à bord d‘un bateau d’observation des baleines. Le Saint Laurent abrite de nombreuses espèces de baleines, dont le béluga et la grande baleine bleue, le plus gros animal au monde.

Nous nous promenons maintenant en calèche dans la charmante municipalité de Baie-Saint-Paul.

Le terrain de pratique du Manoir Richelieu offre l’une des vues les plus spectaculaires au monde.

Si vous avez peur des hauteurs, ne regardez pas en bas. Nous sommes au sommet de la chute Montmorency. Située à proximité de la région de Charlevoix, cette merveille naturelle attire tous les ans des milliers de touristes.

MME LEGAULT : Depuis que je suis toute petite je vis dans la vaisselle de mon père, dans les vases, les pots, les bols de mon père. Alors, c’est sûr qu’inconsciemment c’est venu m’habiter.

Je suis Esther Legault et je suis potière. C’est difficile, hein, à dire? Bien, oui, parce que je suis tellement toutes sortes d’affaires. Charlevoix, pour moi, c’est un choix, un choix de vie. Je voulais travailler avec mon père et je voulais vivre dans Charlevoix.

Mon père était potier. C’est lui qui m’a montré mon métier de potière. Ma mère avait amené mon père, jadis, à Port-au-Persil puis quand il avait vu l’endroit il avait dit : ah; moi, je veux venir m’installer ici un jour. Et malheureusement, il est décédé tôt.

Je n’étais pas certaine de vouloir faire de la poterie mais ma mère a eu besoin de moi. Mon père était l’âme, je dirais, de la poterie de Port-au-Persil, mais ma mère était l’âme aussi, dans le sens où c’est elle qui était la grande entrepreneuse de cette histoire-là.

J’ai été propriétaire de la poterie de Port-au-Persil, donc il y a fallu que j’aie cette fibre-là, à l’intérieur de moi. Je fais de la poterie traditionnelle et fonctionnelle; des tasses, des assiettes, des bols, des — tout ce qu’on peut utiliser, qui est utilitaire.

J’utilise comme argile la porcelaine et le grès, mais je n’ai aucune idée du nombre de morceaux que j’ai pu tourner dans ma vie (rires). Je n’ai aucune idée.

Lorsque j’ai eu mes enfants je travaillais à temps plein. Je n’ai jamais arrêté de faire de la poterie. Tout le temps, les 25 années où j’ai fait de l’orthopédagogie, j’ai toujours eu mon atelier. J’ai tellement aimé avoir des enfants. Je sais quelque chose, c’est que c’est une des plus belles réalisations de ma vie, avoir des enfants; ça, c’est sûr.
Mais l’orthopédagogie, ça a été aussi une passion. Ça a été l’endroit où je me suis — où j’ai utilisé tout mon potentiel comme personne.

J’aurais un conseil à donner aux jeunes femmes d’aujourd’hui. Le conseil que je leur donne c’est de s’aimer elles-mêmes, telles qu’elles sont. Elles sont belles. Elles sont merveilleuses, avec tous leurs défauts et toutes leurs qualités. Voilà! (rires)

Pour d’autres histoires inspirantes, visitez la page Femmes d’action.